DARK ROOM OF RESONANCES

Stéphane Clor, avec une scénographie de John Mirabel

FR

Cinéma pour les oreilles.

Comment imagine-t-on un espace autour de soi à travers l’action de l’ouïe? Qu’est-ce qui rend un espace unique? Comment pouvons-nous traverser des univers différents simplement par l’action de l’écoute?

Dark Room of Resonances crée une situation où l’auditeur est complètement immergé. La pièce est entièrement plongé dans le noir afin de laisser les gens perdre leurs repères visuels et se concentrer sur ce qu’ils entendent. Avec un travail de spatialisation sonore, l’auditeur peut entendre la composition aller d’un haut-parleur à l’autre (4 au total), le son étant la seule information pour comprendre l’espace depuis. La pièce sonore crée différentes atmosphères en utilisant les propriétés acoustiques de l’espace d’architecture réel. La pièce est composée comme une pièce sans fin. Une chute continuelle. À travers son projet, Stéphane Clor nous interpelle fortement sur notre relation au son, à l’espace et au temps.

EN

Cinema for the ears.

How do we imagine a space around us through the action of hearing? What makes a space unique? How can we cross different universes just by the action of listening?

The Dark Room of Resonances creates a situation where the hearer is completely immerged. The whole room is completely dark in order to let the people loose their visual references and focus on what their are hearing. With a work of sound spacialisation, the listenner can hear the compositon going from one speaker to another (4 in total), sound being the only information to understand the space . The sound piece creates different atmospheres using the acoustic properties of the real architecture space. The piece is composed as a never ending piece. A perpetual fall. Through his art work, Stéphane Clor  strongly challenges us on our relation to sound, space and time.